Les Chroniques CD

Blues Magazine N°12

- Avril 1999 -


Frank Ash - "This Must Be Love" - Big Band Records / Blues Power - 4 Cds
 

Voici enfin le premier disque de Frank Ash "This Must Be Love". Bien connu de la scène du Blues français et accompagnateur de Screamin' Jay Hawkins, Franck nous propose un album soul, Blues, Funky.... Enregistré avec son band habituel : Lionel Gaget (clavier / arrangements), Didier Guazzo (batterie), Roger Thomas (basse) et Didier Marty (saxophone). Frank Ash guitariste chanteur à la voix s'affirmant de concert en concert et quelle voix !!! Un jeu de guitare à la fois harmonieux, subtil et plein de finesse, nous fait découvrir tous ses talents au long des 11 titres (compositions personnelles). Un style irréprochable et cette voix pleine d'émotion à vous donner des frissons comme sur "This Must Be love" titre éponyme de l'album. Un seul petit regret : trois titres seulement en français.

Christian Le Morvan


Chris Lancry - "Dernier Eté" - Bluestak - 4 Cds

 

Nous sommes habitués à la qualité chez Chris Lancry, mais là alors ! Le pied ! La sensibilité de chacun choisira soit le chanteur, soit le guitariste-harmoniciste. Si choix il peut y avoir, priorité serait donnée au guitariste... quoique un Bluesman français de qualité, cela est rare ! Pour paraphraser quelqu'un : "tout est bon chez lui, il n'y a rien à jeter". Ses influences américaines ont encore accentuées son touché, digne des plus grands. Quel feeling ! Il conserve cependant et fort heureusement, son style personnel et attachant, qui porte "le french Blues" à égalité avec les meilleurs.

François De Vernon


Kokomo Arnold - "Old Original Kokomo Blues" - Wolf - 4 Cds
 

A l'heure du laser, cette compilation de 20 titres enregistrés entre 1930 et 1938 sur la plupart desquels Kokomo est seul à la guitare et au chant, pourrait sembler réservée aux nostalgiques des 78 tours et aux historiens, tant la musique a parfois du mal à se frayer un chemin dans le souffle et les craquements du vinyle d'origine. Un disque pour les puristes ? Certes, mais si on vous donnait la possibilité de voyager dans le temps et de passer une heure dans un Juke Joint du Mississippi des années 30, vous hésiteriez ? En attendant que ce soit possible, tout amateur de Blues et des musiques qui en découlent devrait au moins une fois se frotter les
tympans à ces diamands bruts, ne serait-ce que pour ressentir la fascination qu'allait exercer le Blues du Delta sur les jeunes blancs comme Dylan ou les Stones. Un disque à ne pas réserver aux puristes donc ! Et de toute façon, si les pélerinages vous ennuient et que vous n'écoutez jamais Kokomo Arnold, sa mémoire ne vous en tiendra pas rigueur. Les notes de la pochette nous rappellent qu'il n'a jamais voulu enregistrer "Il a presque fallu me traîner au studio. J'ai toujours voulu mener une vie très simple, loin des futilités de ce milieu".

Benoît Chanal


Buddy Guy & Junior Wells -"Last Time Arounds" - Silvertone - Indispensable
 

Le dernier concert historique du duo qui a influencé des générations de musiciens. Enregistré live dans le bar de Buddy Guy : "Le Legend". Voilà comment est présenté l'album, cela vous met l'eau à la bouche n'est ce pas ?... Bon, parlons peu, parlons Blues, le disque est indispensable et ce pour plusieurs raisons : imaginez deux des musiciens de Blues qui ont le plus inspiré de personne, enfin réunis et en live en plus. Si je vous dis que dans ce petit chef d'oeuvre on retrouve des titres tels que "Hoochie Coochie Man", "What I'd Say", "key To The Highway"..., alors, alors on ne craque toujours pas... Bon alors imaginez la réunion entre le créateur de "A Man and The Blues" et celui de "Hoodoo Man Blues"... Là vous courez chez votre disquaire, non ? !...

Johann Astorg


Alberta Adams - "Born Withe The Blues" - Cannonball Records - 4 Cds
 

Peu connu du grand public, Alberta Adams a tout de même joué avec T Bone Walker, Duke Ellington et Louis Jordan (excusé du peu !...). Et c'est à plus de 70 ans qu'elle nous sort un nouveau disque. Atmosphère lancinante avec des cuivres dévastateurs, et Johnnie Bassett en arrière, toujours là au bon moment. C'est un très bon disque, avec beaucoup d'inspiration Jazzy, en effet elle reprend un titre de Ma Rainey "He May Be Your Man", de Duke Ellington "Just a Lucky So and So" et de Memphis Slim "Messin' Around With The Blues". Et cela ne rigole pas..., les musiciens sont tous meilleurs les uns que les autres. La section cuivres est d'enfer, le pianiste est très convaincant et Johnnie Bassett, on l'a dit, toujours à sa place, et par desssus tout cela, la voix de la chanteuse qui en impose. Un disque très bien construit, et impressionnant musicalement parlant...

Johann Astorg


Joe Beard - "For Real" - Audioquest Music - 4 Cds
 

Né dans le Mississippi, Joe Beard a appris le Blues aux côtés des grands. C'est en arrivant à Chicago qu'il décide de devenir Blueman. On retrouve dans cet album l'influence de Buddy Guy, Muddy Waters, S. Boy Williamson 2). Il est accompagné (précision importante) par Duke Robillard et Jerry Portnoy à l'harmonica. Certains titres sont vraiment des chefs d'oeuvre.

Johnn Astorg


Sherman Robertson - "Going Back Home" - Audioquest Music - 4 Cds
 

C'est très simple, selon Gérard Herzhaft : "Sherman Robertson est un des Bluesmen les plus interressants de la scène actuelle" alors c'est pour dire. Guitariste grandiose, inspiré par Freddie King ou Johnny Copeland, Sherman Robertson signe un superbe album. Tous les titres se valent, "Me, My guitar and the Blues" prouve bien que Sherman est un fabuleux guitariste, en trois notes on a tout compris ! "I Wonder Why" est à tomber par terre. Ce Blues lent tendance Gospel mérite sérieusement le détour comme le reste de l'album. En ce qui concerne le groupe, il n'y a rien à redire, écoutez le batteur dans "Fall In love" ou le pianiste dans "Special Kind Of Loving", vous comprendrez. Un disque à avoir absolument et un artiste à suivre de près...

Johann astorg


Tommy Castro - "Right As Rain" - Dixiefrog - 4 Cds
 

Le Blues Rock, vous connaissez ? Eh bien écoutez ceci : de nos jours les albums de haute qualité se comptent sur les doigts d'une seule main, et bien quelle bonne nouvelle, j'en ai un a vous proposer... Le bonheur est au rendez-vous, tout y est : le rythme, le feeling, la voix, les compositions, bref tout est là pour vous faire plaisir. Sans relâche jusqu'au bout des 12 titres que comporte cet album, au Swing dévastateur, Tommy Castro va entrer par la grande porte car ce troisième opus a tout pour séduire le vaste public et les inconditionnels du Blues. Hautement recommandé, quelle baffe !...

Jean Jacques Stankewitsch


Big Lucky Carter - "Lucky 13" - Blueside - Indispensable
 

Comme on l'a dit : mieux vaut tard que jamais ! En effet c'est à 78 ans que Big Lucky Carter a enregistré ce disque. Et franchement, il est fabuleux... Où vont-ils les chercher ces artistes à peine connus qui sortent des disques à tomber par terre. Les 13 titres sont des compositions jamais enregistrées et les textes sont interressants, "Aids is Killing Me" ou "Papa Is a Junkie". La voix est consistante et l'ensemble du groupe swingue sérieux. Le jeu de guitare est parfais. Un disque tout simplement fabuleux qu'il vous faut impérativement avoir. Messieurs les organisateurs de concerts, faites nous venir ce Monsieur....

Johann astorg


retour