Les Chroniques CD

de Blues Magazine N°15

- Janvier 2000 -


Walter Trout - "Livin' Every Day" - Ruf Records - 4 Cds
 

"Livin' Every Day" , le dernier album de Walter Trout est purement et simplement une petite merveille... Guitariste aux multiples influences de style, Walter Trout donne le ton d'entrée avec "Livin' Every Day" , Blues Rock aux allures Hendrixiennes où les parties de guitares virevoltent sur un fond de rythmique lourd et puissant, "Through The Eyes Of Love", comme son nom l'indique, est une splendide ballade pouvant rappeler un certain Gary Moore, et là encore la Stratocaster de Maître Trout prend toute sa dimension, subtilité, feeling, un régal. Sinon, pour les plus speed, "City Man" vous explosera la cervelle à coup de Winchester, gros Blues Rock plombé marteau pillon, sensations garanties. Ah, j'allais oublier "Prisonner Of A Dream" n'est pas mal non plus : l'artillerie déploie toutes ses troupes et vous pouvez me croire, vous serez en première ligne. En fin de compte ce sont 69 minutes de pur plaisir. Allez, dépêchez-vous d'acheter ce Cd avant la rupture de stock ! ! !

Jean Jacques Stankewitsch


Little Hatch - " Goin' Back" - Socadisc / APO2007 - 4 Cds
 

Un Cd - 12 titres, parmi lesquels on ne trouve qu'une seule composition persoennelle de Provine Hatch Jr. Le reste se résume à un répertoire des plus classiques en ce qui concerne le choix des titres repris excellement par Provine Hatch Jr. Un Cd sobre et efficace qui va à l'essentiel. Aucune fioriture, puisque Provine Hatch Jr est simplement accompagné de son harmonica et de son partenaire guitariste habituel, Bill Daye. Ce dernier nous propose un jeu de guitare acoustique discret et posé juste comme il convient. Il met ainsi en valeur le velouté de la voix de Little Hatch. Au final le résultat est excellent. Un Cd à conseiller aux fervents amateurs de Blues acoustique, simple, réaliste et joué avec justesse.

Emmanuel Roze


Ray Bonneville - "Gust Of Wind" - Blueside - 4 Cds
 

Dans cette album réalisé par Colin Linden (Slide Guitar), Ray Bonneville interprète avec brio les 11 titres qu’il a d’ailleurs composés. Non comptant de s’accompagner à la guitare, il rehausse le tout par de brèves mais judicieuses apparitions à l’harmonica. Tout y est : la voix, le rythme très présent des racines profondes de l’Amérique, sans oublier le son, digne des meilleurs studio, car cette album a été enregistré au Canada à Toronto et Montréal, ainsi qu’à Nashville, ce qui est un gage de qualité. Une balade américaine fort bien orchestrée, que l’on se doit de faire figurer en bonne place dans sa discothèque.

Claude Jandin


Scott Holt - "Dark Of The Night" - Mystic Music - 4 Cds
 

Si vous en avez assez de vos vitamines et que vous cherchez une solution tonifiante pour passer l'hiver, j'ai ce qu'il vous faut ! "Dark Of The Night", premier album de Scott Holt (guitariste de Buddy Guy s'il vous plaît) où l'énergie et le savoir faire sont au rendez-vous. Si je vous dis, Tommy Shannon à la basse, Chris Layton à la batterie (Double Trouble) plus l'intervention du boss Buddy Guy, cela commence plutôt bien. Le tout sur fond Rock Blues mélangeant compos et reprises avec une efficacité redoutable. Prenez en deux boîtes tout de suite et rien après.

Pascal Duplessier


Screamin' Jay Hawkins - "Live At The Olympia, Paris 1998" - Last Call - 4 Cds
 

Le caruso du Rock'n'Horror a encore frappé ! Et comme il enregistre maintenant pour une marque française, il est facile de se procurer cet album public où vous en aurez vraiment pour votre argent (2 Cds plus un instrumental en bonus). Une fois de plus Jay passe par dessus clivages musicaux et genres définis : Blues, Rock'n'roll, R&B, Funk, ballades doo-wop, tout lui est bon s'il peut mettre en valeur un vocal exceptionnel. Il y a les incontournables "I put a spell on you", "Constipation Blues" et "Alligator wine", pas mal de titres que reconnaîtront ceux qui l'ont vu en concert ces dernières années, mais aussi des nouveautés. Espérons que, pendant qu'il a un tel coffre (il a quand même 70 printemps), Last Call pensera à lui faire enregistrer un album de ballades doo-wop où sa voix ferait merveille. Il n'y a eu et il n'y aura qu'un "Screamin' Jay". Puissions nous le garder longtemps !

Bernard Boyat


Bill Sims - "Bill Sims" - WB Record - 4 Cds
 

Premier album éponyme de Bill Sims, ce guitariste, chanteur, compositeur, originaire de l'Ohio a joué dans le célèbre groupe de R&B "The Fourmits". Après un break de 10 ans, il renoue avec le Blues au début des années 90, écumant tous les clubs New Yorkais. Ce premier album de Blues moderne aux accents de Bandjo est intéressant et varié. Mélange de Blues Jazzy ("Smoky city" avec la belle voix de Chaney Wilson Sims, peut-être sa fille d'ailleurs !) au Zydéco ("I want to see you again" ou "When do I get to be called a man" de Big Bill Broonzy), du Blues traditionnel ("As the years go passin' by" superbe), au R&B avec un égal plaisir et même un étonnant final où il est seul au Bandjo avec une voix nasillarde de vieux phono. C'est bien enregistré !  Bill Sims chante très bien et avec beaucoup d'émotions. Un Cd très recommandable, jamais ennuyeux, grâce à ce mélange de styles entre autres.

Christian Le Morvan


Charles Walkers - "I'm available" - Black Magic - Indispensable
 

Décidément, Black Magic commence à nous habituer aux très bonnes surprises ! Après Al Garner, chroniqué dans le numéro 13, cette fois ci c'est Charles Walker qui met tout le monde d'accord ! Originaire de Nashville, évidemment, il profite de l'émergence de la scène R&B locale (dont sont également issus Al Garner, Roscoe Shelton, Earl Gaines) pour faire un come-back fracassant ! Et oui, un come-back ! Car Charles Walker a tout de même ouvert pour Wilson Picket, Otis Redding, James Brown et Etta James dans les années 60. Résultats ? Un album surprenant où le Blues et la Soul Music cohabitent joliment, emportés que nous sommes par des solos simples mais irrésistibles, des nappes d'orgues discrètes mais efficaces et, bien sur, l'envoûtante voix de monsieur Walker. Comme toujours, production impeccable, sobre, soignée. Bon, il devient indispensable de garder un oeil sur cette fameuse scène de Nashville !

Thomas Puyregner


John Mayall and The Blues Breakers - "Padlock on the Blues" - Eagle Records - 4 Cds
 

Nouvel album de John Mayall qui vient de quitter Silverstone pour Eagle Records mais avec les mêmes Blues Breakers à savoir Buddy Whittington (guitare), John Paulus (basse) et Joe Yuele (batterie), il s'est adjoint quelques cuivres selon les titres et 3 guests stars et pas des moindres : J. Lee Hooker à la guitare sur 2 titres, Coco Montoya sur "The Strip" et Ernie Watts basse ténor sur "Don't turn your back", premier titre qui sonne un peu Santana au début ! Dire que ce disque est excellent serait un euphémisme. Un album abouti comme il sait les faire, un régal du premier au dernier titre. C'est le Blues de John Mayall avec sa voix reconnaissable entre mille ainsi que son jeu d'harmonica, un peu de guitare et du Bandjo. La vieille garde vieillit très bien.

Christian Le Morvan


BB King - "Let The Good Time Roll" - Polygram - 4 Cds
 

Certains voyaient avec "Blues On The Bayou", le dernier disque original de BB King, cet homme humble et grand qui a passé sa vie au service de la musique et du Blues en particulier. Et bien pas du tout ! Il vient de nous concocter un nouvel opus en hommage à Louis Jordan, un autre grand homme qui a fait swinguer des générations ! Inutile de dire que tout le disque est un régal, une petite préférence peut-être pour "Is you is or is you ain't (My Baby)" où les échanges de paroles entre BB et Dr John font de ce titre un moment particulier. A signaler que le Doc est au piano sur tout l'album. Un Cd magnifique où Rock'n'roll, Swing et Blues se côtoient pour notre plus grand plaisir. Merveilleux BB qui va encore nous enchanter dans le prochain millénaire.

Christian Le Morvan


Luther Allison - "Live In Chicago" - Ruf Records - Indispensable
 

On ne pouvait espérer plus bel évènement que celui de retrouver sur scène, ce grand monsieur débordant  d'énergie ! Pas moins de trois heures de bonheur distribuées sans compter tout au long de ses concerts, ou la convivialité et le plaisir de jouer était forcément au rendez-vous. Luther Allison déchaînait les foules à chaque prestation. C'est le reflet que vous offre ce double album, enregistré en partie au Chicago Blues Festival de 1995, sans oublier le Buddy Guy Legends et le Zoo Bar. En cadeau à la fin du premier Cd une jam session avec Otis Rush et Eddie C. Campbell sur "Gambler's Blues" et "Sweet Little Angel". Un double album fabuleux.

Pascal Duplessier


Joe Louis Walker - "Silvert one Blues" - Universal - 4 Cds
 

Bonne surprise que nous fait Joe Louis Walker qui est revenu aux sources avec ce nouvel album. Pour l'occasion, il s'est adjoint les services de James Cotton, Alvin Yougblood Hart et le pianiste Kenny "Blues Boss" Wayne. Ces trois là, on ne les présente plus ! Les titres s'enchaînent avec un égal bonheur qui nous rappelle que lorsqu'il oublie de faire la star, il sait très bien jouer le Blues avec beaucoup d'émotion dans la voix. Un Blues bassique, très acoustique, sans fioriture. C'est simple, c'est beau, plein de feeling... Il ne vous reste plus qu'à l'écouter, voilà cinquante minutes de plaisir pour bien commencer l'année.

Christian Le Morvan


retour