Jimmy Johnson a participé à l’enregistrement de centaines de tubes dans les années 60 et 70. Il a contribué avec ses compères du studio Muscle Shoals Sound, à donner la couleur caractéristique des titres enregistrés dans ce studio d’Alabama.
Jimmy Johnson a été bien plus qu’un guitariste imaginatif, puisqu’il a été aussi un producteur et un ingénieur du son très recherché.


Jimmy Ray Johnson est né le 4 février 1943 à Sheffield en Alabama. Son père, musicien amateur, travaille dans une usine à Muscle Shoals et sa maman est femme au foyer. Il gagne son premier cachet à 15 ans en jouant de la guitare lors d’une soirée organisée par la garde nationale du coin. À 19 ans il est le premier salarié du studio FAME qui vient de s’installer à Muscle Shoals. Il est chargé de répondre au téléphone, de gérer le planning des rendez-vous. Quelques années plus tard, il commence de jouer lors des sessions et s’essaye aux platines de mixage. Avec 3 autres musiciens, il forme rapidement le groupe du studio FAME, dont le style bluesy ondulant et rempli de staccato peut être entendu sur Respect, le premier tube d’Aretha Franklin, ou Funky Brodway de Wilson Pickett. En 1969, le groupe constitué uniquement de musiciens blancs quitte le studio FAME pour une question d’argent, et crée son propre studio sous le nom de Muscle Shoals Sound. Ce studio, situé au N°3614 Jackson Higway, deviendra célèbre et beaucoup d’artistes viendront y enregistrer pour retrouver l’ambiance et le son particulier des états du sud des USA. En particulier Jimmy Johnson était à la table de mixage sur le When A Man Loves a Woman de Percy Sledge, et sur Brown Sugar et Wild Horses, du disque des Rolling Stone de 1971 Stickky Fingers. Jimmy Johnson est décédé des suites d’insuffisances rénales le 5 septembre, à l’âge de 76 ans.

Jimmy Johnson2©DRJimmy Johson devant le studio Muscle Shoals