News

 

Cette page rassemble les informations sur le Blues recueillies sur Internet ou transmises à BLUES Magazine. Elles sont affichées par ordre chronologiques de parution. Les archives rassemblent les principales informations recueillies.

Les dates de manifestation font l'objet d'une page spécifique accessible en utilisant le lien du menu situé dans la colonne droite. 

 

 

Une pierre tombale a été inaugurée le 25 juillet à Louiseville dans le Kentucky sur la sépulture de Sylvester Weaver, un guitariste pionnier du Blues né en 1896 et décédé en 1960. Sylvester Weaver, connu pour ses titres Guitar Blues et Guitar Rag, avait aussi enregistré une cinquantaine de titres à New York, Atlanta et St Louis, dans les années vingt. Les fonds ont été rassemblés par les organisateurs du festival Jug Band Jubilee qui se tient tous les mois de septembre à Louiseville. La pierre tombale illustrative vient remplacer une plaque nominative modeste mise en place en 1992 sur la tombe de Sylvester Weaver.

Les suspicions de deux des filles de BB King vis-à-vis de Mme Laverne Torney, gestionnaire de longue date des affaires de BB King, ont alimenté la chronique ces derniers temps. Dès fin avril, alors que BB King était bien mal en point, une dispute a eu lieu entre Patty King et Laverne Toney quant aux soins prodigués à BB KING. La police a dû intervenir pour calmer les esprits, et Patty King a alors diffusé sur les réseaux sociaux une photo de son père moribond pour prendre à témoin le public. Après la disparition de BB King le 14 mai dernier, alors que la mémoire de l’artiste disparu faisait l’unanimité, ces mêmes filles ont accusé Laverne Toney d’avoir subtilisé des sommes d’argent à BB King, et même de l’avoir empoisonné ! Les résultats de l’autopsie mandatée ont été diffusés le 15 juillet dernier. Ils montrent que BB King est décédé de causes naturelles, et qu’aucune substance suspecte n’a été relevée lors des analyses… Tout ça n’est pas très blues, et quel foin pour pas grand-chose !

Claude Johnson est le fils de Robert Johnson, reconnu comme seul descendant de la légende du Blues en 1998, à qui la Cour Suprême du Mississippi a accordé en 2014, après des années de procès, la propriété de l’héritage de Robert Johnson. Cet héritage porte notamment sur les droits d’exploitation des deux photos reconnues officiellement de Robert Johnson prises par sa demi-sœur.

Trente-cinq ans après la sortie du film, les royalties correspondantes conduisent toujours à quelques soucis… John Bellushi, (le petit gros à l’harmonica) comme chacun sait est décédé il y a 30 ans d’une overdose. Sa veuve, Judith, s’est ensuite remariée en 1990. Les nouveaux époux ont signé un contrat de mariage et ont ensuite ont travaillé tous deux dans l’industrie du divertissement, chacun menant ses propres affaires.

Une polémique est repartie concernant la 3ème potentielle photo de Robert Johnson. Cette photo découverte en 2005 a été confirmée en 2013, après plusieurs années d’analyse medico légales, comme étant une photo de Robert Johnson et de Johnny Shines. Cette conclusion est aujourd’hui contestée par un groupe de 49 historiens, musicologues, producteurs et musiciens. Parmi les signataires, Gayle Dean Wardlow le biographe de Robert Johnson qui a découvert son certificat de décès en 1968, les musicologues Elijah Wald, David Evans et Steve Tracey.

Occultée par la disparition de BB King, le décès de Captain Luke, un des piliers du catalogue de la fondation Music Maker est presque passé inaperçu. la voix de baryton de ce vieux bonhomme surprenait bien des spectateurs par sa chaleur et le respect qu’elle imposait dès les premières notes envoyées. Né en Caroline du sud à Greenville en 1927 sous le nom de Luther Mayer, il a grandi dans la ferme de ses grands-parents en s’imprégnant de la musique que chantait son oncle dans les champs derrière sa mule. Il migre avec sa maman à Winston Salem à l’adolescence et trouve un travail chez un ferrailleur. Il chante d’abord à l’église puis dans les drink-houses de la région, des petits cafés qui contribuent à la vie sociale des afro américains en Caroline.

Après Percy Sledge, le monde la Soul perd de nouveau une grande voix puisque Ben E king est le père du tube Stand By Me.

Ben E king est né sous le nom de Benjamin Earl Nelson le 28 septembre 1938 à Henderson en Caroline du Nord. Il commence de chanter à l’église dès son plus jeune âge et sa famille s’installa à New York alors qu’il a 9 ans. En 1958 il rejoint un groupe de Doo-Wop, The Fives Crowns qui se produit un soir à l’Apollo avec les Drifters, un autre groupe bien plus connu à l’époque.

L’auteur du très célèbre When A man Loves a Woman et de bien d’autres ballades Soul est décédé. Percy Sledge est né le 25 novembre 1940 en Alabama dans la ville de Leighton. Il commence de travailler dans les champs puis dans des petits boulots avant de rentrer comme aide-soignant à l’hôpital de Shieffield en Alambama. Dans les années 60, il se produit le week-end avec Escore Combo, un groupe de Rythm & Blues qui ne fait que des reprises.