News

 

Cette page rassemble les informations sur le Blues recueillies sur Internet ou transmises à BLUES Magazine. Elles sont affichées par ordre chronologiques de parution. Les archives rassemblent les principales informations recueillies.

Les dates de manifestation font l'objet d'une page spécifique accessible en utilisant le lien du menu situé dans la colonne droite. 

 

 

Née sous le nom de Roberta Louise Osborn le 26 juillet 1917 à Indianapolis d’une mère alcoolique, Alberta Adams migre à Détroit où elle est élevée par une tante. Elle commence de se produire dans les années 20 comme danseuse de claquettes, et devient chanteuse lorsqu’elle est appelée pour remplacer une meneuse de Club. Elle est découverte par le label Chess Records et enregistre quelques titres pour le label de Chicago.

Chip Young est né en 1938. Dès 1956, excellent guitariste il accompagne en studio de nombreux artistes comme un jeune chanteur du nom d’Elvis Presley… Il devient un musicien incontournable en studio et accompagne ensuite, Jerry Lee Lewis, Carl Perkins. Il fait partie du groupe avec lequel enregistre Elvis Presley entre 1965 et 1977. C’est lui qui est aux manettes sur Guitar Man. Chip Young qui avait aussi ouvert son propre studio à Nashville est décédé le 20 décembre 2015. Il avait 76 ans.

Le chanteur à la célèbre voix rocailleuse n’est plus. Un cancer du poumon l’a emporté à 70 ans.

Né le 20 mai 1944 sous le nom de John Robert Cocker à Shieffield, Joe Cocker commence par jouer de l’harmonica et des percussions en 1959 dans un groupe nommé les Cavaliers. Influencé par Ray Charles, il passe rapidement au chant et se rebaptise Vance Arnold, nom sous lequel il apparaît dès 1961 avec les Avengers. Le groupe Rock joue des reprises et se produit en 1963 à la salle des fêtes de Shieffield avec…

Mickey Champion, chanteuse de Blues de Los Angles, connue pour sa voix puissante qui lui permettait de se produire sans micro, est décédée à l’âge de 89 ans.

La chanteuse est née sous le nom de Mildred Sallier à Lake Charles, en Louisiane, le 9 avril 1925. Elle commence de chanter à l’Église où son grand-père officie. La qualité, l’intensité et l’émotion de sa voix la font remarquer.

Jimmy Ruffin est né le 7 mai 1936 à Collinsville dans le Mississippi. Son père est pasteur et Jimmy commence par chanter le gospel avec le groupe familial et fonde, plus tard, un duo avec son frère David. Il migre en 1959 à Détroit où il travaille dans les usines Ford. En 1961 il signe avec le célèbre label de la ville Motown, avec lequel il obtient en 1966  son célèbre succès  What Becomes of the Brokenhearted  Ce titre qui sera suivi de bien d’autres tubes comme I’ve Passed This Way Before, Gonna Give Her All The Love I’ve Got, I’ll Say Forever My Love gravés sur son premier disque en 1967.

Little Joe Washington, bluesman de Houston, est décédé à l’âge de 75 ans.
Little Joe Washington est né Marion Washington, le 1 mars 1939 à Houston, dans le quartier historique de Third Ward. Sa maman est adolescente mère célibataire. Ils vivent avec une tante et un oncle qui possèdent une boutique de barbier dans le quartier de Third War. La maman quitte la famille pour aller se marier et la vie « Blues » de Marion Washington commence… À l’école Marion devient copain avec un voisin, Joe Hughe.

Brian May, guitariste de Queen, s’est rendu le 4 novembre au Classic Rock Awards d’Hollywood. Craignant que sa guitare soit détériorée en soute lors du vol entre Londres et Los Angeles, Brian May aurait, soi-disant, préféré payer une seconde place en 1re classe pour que sa guitare voyage à ses côtés… Ça lui aurait coûté 10.000 £. Cette guitare Red Special, fabriquée il y plus de 40 ans par Brian May lui-même dans l’atelier de son père, serait un des points clef du son Queen.

Certes ce n’était pas un bluesman du sud des États-Unis, mais sa vie est celle d’un véritable bluesman du sud de la France, celle d’un bluesman Gypsy. Né le Ricardo Baliardo dans une caravane à Sète, le 7 août 1921, Manitas de Plata est déjà à 9 ans, un très bon guitariste. Il ne sait pas lire la musique, mais, dans le milieu gitan et dans le monde du flamenco, il est rapidement reconnu comme « les petites mains d’argent » (Manitas de Plata en espagnol).