Texte et photos © Éric Matelski

Petite séance de "Blueséothérapie" au Festival Guitare de Wavrin.

 Il y a des moments de la vie ou l'on se sent dépassé par l’enchainement d’événements professionnels et familiaux, voire associatifs. On a le cerveau vide, peut-être proche du burn-out, on rêve de repos, de plus de sérénité. Il se profile un weekend sans aucune contrainte. Yes!!!! 

Revenir aux sources, aux choses qui vous font du bien. Aller voir un concert de Blues, une bonne idée. Il faut dire que j’en ai raté beaucoup depuis le début de l’année. Je consulte les sites spécialisés du genre : rien dans une distance acceptable. J’abandonne sur l’instant. Plus tardivement, je scrute ma page Facebook, je tombe sur un partage d’un ami musicien pour un festival de guitares. Me voilà sur la route, pour une bonne heure, vers une destination proche de l’aéroport de Lille-Lesquin.

J’arrive à Wavrin, à la maison des Oliviers, pour le deuxième « Festival Guitare à Wavrin ». De dehors, je me demande si je suis à la bonne adresse. Ça parait désert. De l'entrée, je peux entendre que le concert à commencer. Le temps de payer mon billet d'entrée, je me dis « Ils sont bons les gars ! ».

Je pénètre dans la salle, et là surprise « Ils l’ont mis où le deuxième, voir le troisième guitariste ? ». Waouh ! C’est l’effet Jean Baptiste HARDY. Digne successeur du grand Marcel Dadi, le maitre français du picking à qui il va rendre hommage pendant son set d’environ 1 h 10. Monsieur Hardy, en une quinzaine de morceaux va nous montrer ces diverses influences. On peut retrouver cela dans ses compositions (classique, jazz, manouche, blues, rock…). Il va aussi réinterpréter dans sa technique parfaite, des titres connus comme le thème de « La La Land », un medley des Beatles. Sans oublier Marcel Dadi et Chet Atkins, en passant par Jimmy Reed.

À 30 ans, avec trois albums, ce guitariste est au début d’une belle carrière. Si vous pratiquez la guitare en amateur, après avoir vu ce monsieur, vous la jetez par la fenêtre en rentrant chez vous !

2019 04 06 Jean Baptiste HardyJean Baptiste Hardy

 

 

 

 

 

 

À l’interlude, j’apprends que c’est l’école de musique de l’harmonie de Wavrin qui organise cet évènement. Guitare et harmonie, ça ne colle pas à l’image que j’ai des harmonies municipales. Mais celle-ci comporte un pupitre de guitares. C’est une excellente idée. Une carte blanche a été donnée à Claude Godsens pour créer ce festival. Ça tombe bien le voilà sur scène pour annoncer la deuxième partie. " Après la réussite de l’année dernière, je ne savais qui inviter pour une nouvelle édition. « Un ami m’a fait écouter ce monsieur, qui est le guitariste de Jacques Dutronc, de la tournée des Vieilles Canailles….. Je me suis dit, “Il ne viendra jamais ici !” Puis, par mail, je l’ai invité à être le parrain de cette deuxième édition. Il m’a tout simplement répondu “oui”. Voilà donc Fred Chapellier. »

2019 04 06 Fred Chappelier au chant

2019 04 06 Fred Chappelier


“If you be My Baby” débute le set. Nous sommes dans la configuration “Fred Chapellier - plays Peter Green” (en mode quatuor avec batterie, basse, 2 guitares). “Watch out” puis balade dans le public pour Fred sur ce formidable slow blues “Love that burns”. Ça enchaine… Au passage il rappelle que “Black Magic Woman” n’est pas de Carlos Santana mais de Peter Green. Celui-ci a gagné de l’argent avec ce titre. On quitte ce merveilleux album pour “The Gents”. Ce titre est issu du dernier CD “Fred Chapellier & The Gents Featuring Dale Blade”. Une autre formule de l’artiste que je ne peux que vous conseiller à aller voir ! Sur ce titre, le deuxième guitariste Patrick Baltran va se mettre en avant, puis c’est au tour du bassiste Christophe Garreau. Il faut attendre le prochain instrumental pour voir Guillaume Destarac se lâcher à la batterie. Un plaisir cette formation.

2019 04 06 Fred Chapellier Christophe GarreauFred Chapellier & Christophe Garreau

   2019 04 06 Patrick BaldranPatrick Baldran

 

2019 04 06 Guillaume DestaracGuillaume Destarac (suivi de l'ombre de son complice)

  

 

 

 

 

  

 

  

 

 

Fred Chappelier nous apprend ensuite qu’il revient de Budapest pour un concert hommage à Gary More. Le 4 avril étant le jour de sa naissance. Il aurait eu 67 ans (cela fait huit ans qu’il nous a quittés). Tout naturellement, le band enchaine sur “Gary’s gone » un très bel hommage composé par Fred. Un titre qui me trouble à chaque écoute.

2019 04 06 Fred Chapellier en solo 2

Après environ 1h40 de scène le show s’achève. Le public se lève alors il en redemande. Les musiciens reviennent. “Ok, mais vous vous approchez tous”. Un vrai rappel, avec un public “vivant”, collé à la scène. Comme j’aimerais voir plus souvent cela. C’est un booster pour les artistes. 

2019 04 06 Lors du rappelLors du rappel

Tout naturellement, Jean Baptiste HARDY est invité à venir les rejoindre sur scène pour un blues.

2019 04 06 C. Garreau F. Chapellier JB. Hardy lors du rappelC. Garreau - F. Chapellier - JB. Hardy lors du rappel

Il est à noter que les artistes animent des ateliers musiques pendant la journée. Le festival dure sur 3 jours. Il a même trouvé des partenaires comme un bar à thème du village spécialisé uniquement dans les produits des abbayes Trappistes (à déguster avec modération). On a passé une très belle soirée, dans une salle pleine et une organisation accueillante. On peut souhaiter à cette école de musique de belles soirées musicales, et une riche prochaine édition du « Festival Guitare de Wavrin ».